Are you Sweden ? Ị

Are you Sweden ? Ị

Cette expression je l’ai empruntée d’une ancienne pièce théâtrale de nos amis Ajil, Foulane, Dassoukine. Et puis je posais cette question assez linguistiquement fausse à mon frère  pour le narguer alors  qu’il venait juste d’immigrer en Suède en 1995 puisqu’il ne connaissait pas un traitre mot de l’anglais.

Mon frère était loin d’être le seul. Des voisins, des amis, beaucoup de  jeunes marocains, maghrébins et arabes, ont tenté l’aventure vers le nouvel Eldorado : La Suède, ce pays scandinave  d’à peine 10 millions d’habitants, à la forte croissance économique, au niveau de vie parmi les meilleurs du monde, et dont la tradition d’accueil réservé  aux étrangers (80.000 à 100.000 entrées par an) fait pâlir  de jalousie les autres pays occidentaux et fait rougir de honte des nations musulmanes.

Depuis quelques semaines, et depuis  que le parti socialiste démocrate des travailleurs  (parti de Gauche) au pouvoir en Suède, a proposé un projet de loi  pour la reconnaissance du fantomatique front Polysario, le Maroc a fortement réagi à ce projet et a dénoncé avec les termes les plus vifs cette décision absurde, ce qui est légitime et louable. Sauf que :

En guise de représailles, les autorités éclairées de notre pays ont retiré l’autorisation d’ouverture pour non conformité  (faut croire) du géant mondial de l’ameublement en Kit Ikea. Et il me semble même judicieux d’interdire le port du maillot n° 10 de Paris Saint Germain de Zlatan Ibrahimovich (naturalisé suédois), de proscrire toutes les chansons  des groupes mythiques ABA, Ace of base, Roxette, Europe,  voir même retirer des librairies tous les exemplaires du Best sceller la trilogie Millenium de son auteur suédois Stieg Larsson ou de déclarer forfait si jamais l’équipe marocaine de tennis devait défier son  homologue suédoise lors de la coupe Davis.

Au Sahara, le Maroc, est chez lui et est sur ses terres. Le projet marocain d’autonomie est réaliste et défend une cause juste, sauf que les suédois, citoyens et politiciens, ne sont pas au courant de ce projet, ne connaissent pas la réalité du terrain, n’ont aucune idée de tous les progrès qui y ont été réalisés depuis 1975. Notre diplomatie est en cale sèche, notre représentation diplomatique n’existe pas. A Stockholm, personne d’officiel pour  défendre les intérêts marocains, notre chef du gouvernement et notre premier diplomate bien aimé  (ennemis jurés  d’hier, et intimes d’aujourd’hui) sont  trop occupés par leurs petites querelles électorales pour s’en rendre compte. Ce dernier est très pris en Afrique,  le premier s’affaire à appauvrir la classe moyenne et à assommer ce qui reste du pouvoir d’achat des honnêtes  travailleurs marocains qui dans quelques années viendront renforcer l’armée des anciens pauvres et qui mériteront donc cette somme modique allouée par son excellence le chef du gouvernement aux démunis.

Les élèves suédois, comme leurs semblables du reste du monde, n’ont pas lu notre manuel national d’histoire contemporaine, ne sont pas censés connaitre les liens ancestraux  de tout marocain au Sahara qui faisait depuis toujours une partie intégrante du Maroc, et sont donc insensibles à notre attachement viscéral à cette région. Il est de notre devoir  nous les citoyens et surtout des prérogatives de nos leaders politiques poilus ou glabres de le faire, c’est à nos parlementaires aux salaires exorbitants (leurs taches ne sont jamais bien claires  ou ardues, de ce fait la représentation des citoyens devrait être un honneur, bénévole et ne devrait faire bénéficier d’aucune compensation matérielle ou morale comme c’est le cas dans la majorité des associations non lucratives: ceci est un simple exemple de la solidarité citoyenne). Il leur incombe de bien expliquer ces liens et ces fondements aux autres peuples et aux hommes politiques du monde entier, d’occuper l’espace et les esprits en organisant des rencontres, des séminaires en toutes langues pour exposer la réalité du Sahara marocain, territoire en plein essor économique et social  ainsi que de dénoncer la triste vérité des camps de détention de Tindouf où des généraux algériens et leurs clébards indépendantistes engrangent des dizaines de millions d’euros chaque année en détournant  les aides humanitaires octroyées par l’union européenne (dont la Suède justement fait partie).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Driss Bekhakh 14/10/2015 08:34

Dris Bekhakh Sauf que la démocratie reste toujours valable et rentable, chez qi supposés CITOYENS démocrates, alors que cette même démocratie des RÉSIDENTS, de chez nous fait surgir une classe politicienne, tres différente de che eux, c'est ici que reside l énigme bizarroïde, que personne ne peut expliquer des finalités opposées, issu de la même mécanique.

Hassane Loukili 14/10/2015 08:34

Loukili Hassane Cher(e)s ami(e)s, comme je connais abdelhalim il voulait ,ou au moins je crois, mettre le point sur une instrumentalisation de l'opinion générale en interne au moment ou la diplomatie est absente, lui qui connait bien ce qu'à coûter nos territoires du sud au peuple marocain en dehors de l'argent, même si je crois que l'attitude chauviniste des notre parfois à donner l'effet inverse même en interne

Minimalist © 2014 -  Hébergé par Overblog